Message de l'Action Catholique Rurale

cmr44 Par Le 10/12/2020 à 10:43 0

Dans Actualités

Economie biencommun

Noël, tous frères

Chrétiens dans le Monde Rural, Action Catholique des Enfants, Mouvement Rural de la Jeunesse Chrétienne

 

  Nativite arbre header

 

 Texte imprimable : Vers noel lettre acr 2020Vers noel lettre acr 2020 (194.85 Ko)

Vers l’église ouverte s’avancent les enfants avec les deux parents pour aller voir la crèche. Dans notre souvenir et dans notre imagination sont accrochés des étoiles, des mages, des bergers, une étable, tout un cadre merveilleux pour l’enfant-Jésus. Beaucoup ainsi, dans ces temps de Noël vont faire cette promenade vers la crèche de leur église, comme pour accentuer cette joie de Noël qui se répand dans tous les cœurs en cette saison de l’année. Et puis résonnent en nous aussi, des mélodies familières :  « Les anges dans nos campagnes ». Mais les anges ne sont-ils pas aussi dans nos villes ?  Osons croire à tous les messagers de la « Bonne Nouvelle », de nos hivers vers tous nos printemps.  L’écho de nos montagnes de questions nous renvoie à une naissance somme toute banale. Il y en a bien d’autres. Pourquoi s’attarder sur celle-ci ? Qu’y a-t-il au cœur de cet évènement, pour qu’il soit si intensément célébré par ceux qui croient au Ciel, comme par ceux qui n’y croient pas ?

  Nous avons tendance à lire cet évènement de façon enfantine, comme s’il nous était interdit de grandir pour y penser. Est-il possible d’y goûter la joie d’un commencement, les débuts de ces temps messianiques dont ils sont la bonne nouvelle, l’Evangile ? Notre regard s’attarde sur l’enfant-Jésus, avec tous ceux qui en ont été les premiers personnages. Prenons place à la suite des bergers, qui sont entrés dans cette annonciation des anges. Dieu a « fait connaître » aux bergers, insignifiants et pauvres, le mystère ; ceux-ci ont pour mission de le « faire connaître » à tous. Les invisibles sont devenus visibles.

  Rôle pastoral de chacune et chacun, qui nous fait passer d’une attitude statique, immobile, à ce mouvement dynamique où nous sommes envoyés vers le monde : « Celui qui, par sa résurrection, est devenu  Seigneur et Christ (Actes 2,36), Dieu nous révèle qu’il l’est, depuis sa naissance ». Les chrétiens n’ont découvert que progressivement la divinité de Jésus. Laissons la Parole reçue des premiers témoins grandir en nous. Au berceau du Christ arrivent les fidèles, les pauvres d’Israël dont la promesse s’accomplit, et les étrangers, les mages, pour qui la Bonne Nouvelle va maintenant retentir. Cette ouverture universelle du Peuple de Dieu, fondée sur la foi en Jésus-Christ, est lancée dès la première génération chrétienne.

  Nous sommes les héritiers de cette Nouvelle Alliance, depuis la vie de nos équipes de Mouvement en Action catholique jusqu’à l’Eglise entière travaillée par cette prise de conscience, comme la terre par une germination de printemps ou d’hivernage.  Nous sommes invités à nous rassembler dans son Amitié qui fait l’unité sans détruire la diversité de nos situations.

« Porter la clameur du rural dans l’Espérance » fait retentir le C.M.R. dans ses orientations, pour transformer le monde, en s’éclairant de la Parole de Dieu.  « Demain meilleur qu’hier », répond l’A.C.E. où le monde de l’enfance nous ouvre à la Nativité de Jésus, lumière du monde, qui attire et met en route, petits et grands, pour plus de paix et de dignité.

  Aujourd’hui, la pandémie nous astreint au confinement. Mais faut-il pour cela ne rien faire ? Relevons tous ces gestes d’entraide et de solidarité pour créer une « contagion de l’Espérance » par des liens qui apaisent nos peurs ; avec le personnel soignant et ceux qui se trouvent dans des services de proximité, en bénévoles ou professionnels, reconnaissons leur audace et leur courage, dignes d’être appelés « enfants de Dieu » dans les risques qu’ils encourent. Noël, pour nous croyants, c’est Dieu qui partage nos vies fragilisées. Au-delà des masques, forçons-nous à faire tomber les préjugés, à la rencontre d’un migrant. Convertissons-nous à la qualité de la vie qui ne soit pas liée à une consommation effrénée.

  Bâtisseurs d’une terre plus belle, comme le montrent les jeunes ruraux du MRJC avec leur stage de recherche sur l’écologie en mai, ce n’est pas vouloir détruire la planète par des choix inconsidérés, mais orienter notre environnement, avec des territoires accueillants, loin d’être désertifiés, dans le respect de la création, selon la volonté de Dieu, notre Père ; il nous a envoyé son Fils pour nous le dire, dans un esprit de fraternité, où les ponts s’élèvent, par-delà tous nos murs.  

Hubert LEBRETON, pour l’ACR 44, CMR ACE et MRJC - Décembre 2020

Logo cmr 44 jpegMRJCACE

 

Ajouter un commentaire

Anti-spam