Le vieillissement, avec ses parents.

cmr44 Par Le 16/11/2020 à 18:23 0

Dans Vies d'équipes CMR

Groupe de paroles

 Évoquer le vieillissement avec ses parents (suite à un travail d’équipe en 2018 et 2019)

Une équipe CMR s’est penchée sur les relations entre les enfants et les parents au crépuscule de la vie. Cette parentalité à l’envers se révèle complexe où s’entremêlent des décisions d’ordre relationnel, émotionnel mais aussi de la dignité. Comment concilier ces dimensions vécues différemment entre génération avec du sens ?

Privilégier la proximité, pas seulement

Les distances se sont considérablement réduites avec les moyens de communication et pourtant l’isolement et l’éloignement n’ont jamais autant marqué notre société. Nos aînés se trouvent confrontés à la mobilité de leurs enfants.

L’éloignement complique la relation dans le quotidien. C’est source de stress. Le rapprochement peut aider au vieillissement des parents. Cette proximité peut être source de difficultés. Encore faut-il être prêt pour accomplir certaines tâches comme les soins ou la toilette. Cela peut conduire aussi à l’épuisement. L’accueil à la maison par exemple d’un des parents peut déséquilibrer la vie de couple. C’est donc une décision qui nécessite réflexion.

L’entrée à l’EPHAD : une décision lourde

Parfois, il faut gérer l’urgence à la suite d’un accident, une chute. Cela peut conduire à prendre des décisions qui conduisent à l’entrée des personnes en maison de retraite. Aujourd’hui, elle intervient plus tardivement et concerne des personnes plus dépendantes, voir alités. La perte d’autonomie nécessite davantage de moyens notamment humains.

A cet égard, le personnel est de plus en plus soumis à des cadences qui sollicitent les organismes rendant les conditions de travail éprouvantes. Effectif tendu, problème de rythme, travail le week-end, jours fériés, du personnel s’interroge ou tout simplement s’arrête. Des groupes financiers investissent dans ce domaine. Parallèlement, des associations gèrent des établissements avec une dynamique tout autour de portage de repas, atelier de lecture, boite à lire. Dans tous les cas, la question financière se pose. Comment les familles supportent-elles le poids des charges ?

Agir pour la dignité de la personne

La relation avec nos aînés est encore un sujet tabou. On s’imitie dans l’intimité de l’autre. C’est aussi respecter la dignité de chacun, ses choix. Parfois, il faut bousculer les consciences pour assurer une sécurité. Il faut porter la décision collectivement en amont plutôt que dans l’urgence. Cela suppose de la concertation, de la diplomatie d’autant que nous n’avons pas les mêmes représentations entre génération : la notion du temps, la prise de conscience des risques. Comment faire coïncider l’ensemble de ses dimensions ?

Aujourd’hui, on assiste à l’allongement de l’espérance de vie : 80 ans c’est jeune. La société nous montre des retraités jeunes actifs. Le vieillissement intervient plus tard. On repousse sans cesse les limites à tel point que l’immortel devient présent dans nos subconscients. Parler de cette autre facette de la vie reste tabou. Le fait d’échanger sur ce sujet a permis d’appréhender plus sereinement la relation avec nos aînés sur leur vieillissement et ses conséquences sans apporter des réponses toutes faites.

Une équipe de la zone Erdre et Loire

 

Ajouter un commentaire

Anti-spam